Blog

Il y a 40 ans, Sur le Mont Athos

Au hasard d’une recherche dans un carton plein de photographies, cette belle photo de Guy de Sauvage prise par son frère Baudouin, au mois de septembre 1979 sur les pentes du Mont Athos, en Grèce orientale.

Revenu enthousiaste d’un précédent voyage sur la sainte montagne, Baudouin tenait absolument à montrer ce lieu exceptionnel à son frère. Il n’était pas facile de faire voyager Guy, mais Beaudouin a su cependant le persuader. L’expédition se fit en compagnie de Carlos, le fils de Beaudouin et de Jean-Baptiste, l’un des fils de Guy. Ce fut, pour tous les quatre, un moment absolument inoubliable.

Nous reviendrons ultérieurement sur les très intéressantes suites artistiques que suscitèrent ce voyage – devrait-on dire pèlerinage – chez l’artiste.

Le Salon de mai… et les autres

De Bruxelles à Paris, grâce ou à cause de Vasarely ?

Professeur… Malgré lui

GS prof PDC 1
Guy de Sauvage et deux de ses élèves en 1982. Photo : Pierre Parcé / Paul Palau.
GS prof PDC 2
Imma de Sauvage et ses élèves en 1982. Photo : Pierre Parcé / Paul Palau.
GS prof PDC 3
GS prof PDC 4

Une étonnante révélation

Han van Meegeren 2
Les disciples d’Emmaüs, tableau de Han Van Meegeren (115 x 127), attribué à Vermeer de Delft jusqu’en 1945, puis définitivement classé comme faux en 1967. Photo : Wikipedia.
Han van Meegeren 3
Guy de Sauvage à l’âge de 15 ans, le 29 mai 1937. Il pose entre ses parents dans la propriété familiale, à Annevoie-Rouillon, province de Namur.

Milou Souply, l’ami fidèle

Milou Souply 1
A gauche, une petite sculpture en bronze d’Emile Souply, haute de 5 cm environ. A droite, une sculpture en fer haute de 50 cm, avant-projet pour un grand chandelier.
Milou Souply 2

Le tournant de Mai 68

Son Mai 68-1
Ramassé lors d’un affrontement sur les barricades, ce pavé a servi pendant des années de presse-papier, sur le bureau du peintre.
Son Mai 68-2
Guy de Sauvage avait réussi à obtenir une des fameuses affiches de Mai 68 : « La chienlit, c’est lui » auprès de la coordination étudiante. Malheureusement, la section agit’prop’ lui a refusé l’épreuve, estimant qu’une affiche était faite pour être placardée et non pour intégrer une collection.
Son Mai 68-3
Le tract reproduit ci-dessus a sans doute été ramené du Salon de Mai 1969. La sérigrahie est de 1968 (191 x 114) ; 30 exemplaires.

De 1955 à 2007, ses meilleurs voeux

Lorsqu »il commence à vouloir se faire connaître en tant que peintre plutôt que  comme céramiste, Guy de Sauvage apporte un grand soin à la réalisation de ses cartes de voeux de nouvel an qui seront adressées notamment à ses relations professionnelles.

Revoeux 3
De 1955 à 1959, les cartes de voeux de Guy de Sauvage reproduisent ou s’inspirent, sous la forme de petites sérigraphies tirées entre 15 et 120 exemplaires, de ses huiles sur toile.
Revoeux 2
Revoeux 1
Sans doute parce que l’exercice annuel, auquel il est assez attaché, lui coûte pas mal de temps et d’énergie, l’artiste va tirer parti des possibilités offertes par la photocopie pour créer ses cartes plus rapidement, à l’image de cette photocopie du portrait de Tobie,  le bien aimé boxer familial .
revoeux 5
Dans les dernières années de sa vie, l’énergie  tout comme l’argent lui faisant défaut, il use volontiers de la photocopie couleur pour reproduire les photos de ses plus belles créations, tantôt récentes, tantôt très anciennes. Pour  l’année 2007, il reproduit  sur bristol son « Petit temple » de 1956.  Ce sera sa dernière carte de voeux.
Voeux receveid
Juste retour des choses, Guy aura aussi reçu un bon nombre de cartes de voeux de la part de ses confrères, dont certains, à l’image de cette carte improvisée par Duvillier, ou le fin tressage de Jean Deyrolle sont des oeuvres uniques. Egalement reproduites ci-dessus, les cartes de Michel Olyff (2), Frédéric Benrath, Antoine de Vinck, Emile Souply, Jean Messagier, Anne Bonnet              et Yasse Tabuchi.